Qu’ont-ils pensé du M2 IPEI et que sont-ils devenus ? Quelques témoignages d’anciens étudiants.

Marine Durand – Promo 2012

« Le master m’a permis d’acquérir des connaissances et compétences de base et suffisamment générales pour me permettre de travailler dans des contextes très différents (j’ai commencé par la coopération territoriale dans le domaine agricole/rural, et je travaille aujourd’hui dans la recherche), même si bien entendu la spécialisation ne viendra qu’avec l’expérience et la pratique. Cependant je constate que grâce à ce master je connais un grand nombre de programmes européens qui restent obscurs voire inconnus pour bon nombre de mes homologues et collègues actuels, ce qui me permet d’être force de proposition dans la recherche de financements notamment. »

Marie Soulard – Promo 2012

« Diplômée d’une licence d’Histoire, j’ai apprécié les aspects professionnalisants du Master IPEI. Les cours et les interventions professionnelles préparent bien l’insertion professionnelle et les débouchés sont assez larges. Cependant, il faut du temps pour s’insérer dans le réseau, bien connaître et avoir accès à toutes les opportunités. J’espère que l’association 2ami pourra aider les futurs étudiants sur cet aspect. »

Maxime Guibert – Promo 2012 Maxime Guibert

« Je suis très satisfait du master IPEI. D’un point de vue “intellectuel” j’ai préféré le M1 (Gestion et Administration Publique parcours Europe et International en 2010-2011), mais le M2 a été je trouve riche de deux point de vue: via les interventions professionnelles nombreuses les étudiants ont accès à un premier “réseau” (au-delà de l’intérêt du contenu des interventions en elles-mêmes), et d’autre part le master fournit un bagage solide pour affronter des situations professionnelles: même si je me rappelle en avoir douté alors que j’étais encore en cours, j’ai pu mobiliser en contexte professionnel un assez grand nombre de connaissances (juridiques, institutionnelles, etc.) acquises pendant le master, et surtout quelle que soit les tâches qu’on m’ait données, j’ai toujours pu m’appuyer sur le bagage du master pour trouver la direction dans laquelle creuser afin de parvenir à mes fins. Mais paradoxalement, dans l’optique du genre de poste sur lequel je suis, je trouve qu’il aurait été pertinent d’avoir peut-être plus de lien, de sensibilisation au monde de l’entreprise (car via les intervenants professionnelles et les enseignements, la dynamique porte surtout vers les associations et les collectivités locales, et un soupçon de recherche académique via l’intervention de Pauline Boudant en 2011-2012). En bref, je crois qu’il y a des choses qui ne peuvent s’apprendre qu’en contexte professionnel, qu’une formation ne peut qu’apporter des outils; or le master IPEI fait je trouve (en tout cas il le faisait en 2011-2012) bien ce lien entre le monde universitaire et le monde professionnel. »

Gaëlle Rodriguez – Promo 2012

« Ayant un cursus d’histoire, ce Master m’a permis de compléter mon parcours universitaire sur une formation professionnelle. Il s’agissait pour moi d’un deuxième Master 2 et il faut l’avouer que la vie universitaire commençait à être “difficile” à vivre. Cependant les interventions professionnelles ont cassé ce sentiment et m’a aider à trouver la motivation nécessaire pour aller jusqu’au bout.  A la suite de mon stage j’ai obtenu un contrat de travail de 4 ans et demi sur le projet. Le Master m’a donné une base solide pour mieux appréhender les différents aspects de la gestion de projet européen pendant mon stage et aujourd’hui. »

Natalia Bastos – Promo 2013 Nathalia Bastos

« Ce master m’a aidé pour trouver des bons stages dans l’international et de loin, dans la coopération mais au-delà, depuis que j’ai fini donc cette formation, je n’ai rien trouvé qui était en lien direct avec la formation. Je pense que cette formation est vraiment trop tournée vers les associations ou le secteur public et par conséquent, étant donné la crise actuelle, les conseils généraux ou régionaux ne sont pas en mesure d’embaucher. De plus, les projets vers l’international sont au ralenti et cela, partout en France. Aujourd’hui, honnêtement, je regrette un peu mon choix envers cette formation non pas parce que elle m’a déplu mais tout simplement car les débouchés sont rares. Le grand problème est aussi le fait que les employeurs demandent de l’expérience à tout prix sauf que nous ne pouvons pas étudier et travailler au même temps. C’est une période vraiment difficile pour travailler alors que ce que nous voulons après 5 années d’études, c’est de pouvoir enfin mettre à profit nos théories acquises à l’Université et enfin travailler. »

Catherine Rolland – Promo 2014

« C’est une bonne formation qui est en train de trouver un équilibre entre la théorie (avec des interventions de professionnels très intéressantes), la pratique (les tous récents projets tutorés et le stage de fin d’études) et l’expérience à l’étranger (Erasmus en M1, voyage à Bruxelles en M2). »

Pauline Théophane – Promo 2014

« Les enseignements théoriques et professionnels du M2 IPEI, notamment en montage de projets européens et internationaux, et leur rythme soutenu m’ont permis de m’adapter rapidement à mon environnement de travail et de répondre aux attentes de mon maître de stage. Le M2 IPEI a constitué un véritable atout pour mon insertion professionnelle puisque suite à mon stage, j’ai pu décrocher un premier CDD d’un an. »